ÉCONOMIE

LES MARCHÉS DE MATIÈRES PREMIÈRES ET LE PILLAGE DU MONDE  422 COMPLET
François PRUVOST, Ingénieur-économiste
Les minerais et métaux constituent un ingrédient majeur de la révolution industrielle et de la révolution électronique, avec un commerce mondial de 500 milliards de dollars dominé par quelques groupes internationaux, « les traders » et leurs bourses. Les gisements, ces anomalies géologiques, se trouvent aujourd’hui principalement en Amérique du Sud et Asie/Océanie, les pays développés ayant épuisé l’essentiel de leurs ressources.
Quand une mine va fermer, on en ouvre une autre, chaque fois un peu moins riche, dans des conditions environnementales de plus en plus délicates. Cette fuite en avant peut-elle durer ? La rareté commence à se faire sentir : quels sont les matériaux les plus critiques ? Le recyclage peut-il boucler la boucle pour mettre fin au pillage ?
Jeudi 12 décembre
18 h 30 – 20 h 30
Université populaire
Prix : 8 € adhérents – 4 € moins de 25 ans – 4 € adhérents demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minima sociaux
Participants : 12 – 25

LES GUERRES DU PÉTROLE DEPUIS 1945  423
Alain CHAFFEL, Agrégé et docteur en histoire
Le pétrole occupe une place centrale dans l’économie mondiale.
Pourtant les pays développés ne produisent qu’une part limitée de cette énergie.
Les chocs pétroliers des années 1970 révèlent ce déséquilibre.
Les pays producteurs du Sud font pour la première fois entendre leurs voix à l’occasion d’un conflit véritable, la guerre du Kippour.
Mardi 21 janvier
18 h 30
Université populaire
Prix : 8 € adhérents – 4 € moins de 25 ans – 4 € adhérents demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minima sociaux
Participants : 12 – 25

LES MARCHÉS DE PRODUITS AGRICOLES ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE MONDIALE  424
Benoit DAVIRON, Enseignant – chercheur – SupAgro Montpellier
L’agro-industrie de nos sociétés actuelles, avec produits de synthèse ou extraits des minerais, a réduit l’agriculture à la production de matières premières alimentaires, à l’opposé des méthodes traditionnelles où la biomasse fournissait tout localement. Et les énergies fossiles ont réduit les distances, favorisant un intense commerce international… dont les courtiers et traders se sont vite emparés.
Les règles du marché permettront-elles un approvisionnement équitable à travers le monde ? L’agro-industrie (carburants, engrais, pesticides) et le développement concurrent d’agro-carburants peuvent-ils assurer la sécurité alimentaire mondiale, en quantité et en qualité, à la fin de ce siècle ?
Mardi 4 février
18 h 30 – 20 h 30
Université populaire
Prix : 8 € adhérents – 4 € moins de 25 ans – 4 € adhérents demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minima sociaux
Participants : 25 personnes maximum

LE LABYRINTHE DES DETTES : Y A-T-IL UNE SORTIE ?  425
François PRUVOST, Ingénieur-économiste
Les banques créent de la monnaie en prêtant de l’argent qu’elles n’ont pas : cette pratique fait peser une obligation de croissance sur l’économie : est-ce soutenable ?
Les dettes publiques et privées ne cessent d’augmenter dans le monde. La dette japonaise n’inquiète personne tandis que celle de la Grèce met toute l’Europe en émoi : pourquoi ?
De la Grande Dépression de 1929 au chaos des « subprime » en 2008, « chaque fois c’est différent », mais les crises se répètent. Il y a là une énigme : quelles sont les sources de l’instabilité financière chronique ?
Y-a-t-il d’autres mesures de régulation capables de compenser les faiblesses du marché.
Mercredi 11 mars
18 h 30 – 20 h 30
Université populaire
Prix : 8 € adhérents – 4 € moins de 25 ans – 4 € adhérents demandeurs d’emploi et bénéficiaires de minima sociaux
Participants : 7 – 25